THETYS - news090315
le VOYAGE DE THETYS
betn photos recettes presse news localisation blogscopains bato index
LA NEWS DU 15 MARS 2009
COntact : thetysmail@gmail.com

Les San Blas ou la vie de mouillage


Deux mois bien remplis pour notre dernière grande escale sous les tropiques des Caraïbes. Et oui, les San Blas sont au Panama, antichambre du fameux canal ouvrant la route sur le Pacifique ! C’est donc avec ce sentiment en arrière-plan que nous avons vécu ce séjour, le plus long dans le même archipel depuis notre départ, alternant mouillages solitaires ou partagés avec les copains, journées ensoleillées ou grises et ventées, améliorant le tableau de pêche et la qualité des jibes en planche, tentant des expériences inédites en cuisine, rédigeant de nombreuses lignes entre le livre sur le bonheur du pêcheur et les articles pour les magazines de voile de la skipette, partageant les couchers de soleil avec un fou, une tour et un cavalier défendant leur roi avec plus ou moins de succès. Alors pour vous faire partager tout cela, voici quelques extraits du journal de bord de Thétys.


15/01/09 - Ca y est, le paradis des San Blas s’offre à nous, accueillis par les Pascaux et leurs pancakes pour marins fatigués, et Milo One, au rendez-vous également. Entre fatigue de la navigation et énorme plaisir de les revoir dans ces eaux turquoise, nos cœurs balancent … !


24/01/09 - Où malgré une météo mitigée qui nous lève parfois la nuit pour regarder monter le vent à 30 nœuds et fermer les hublots en catastrophe, nous profitons de la vie de mouillage en compagnie de nos copains. Les activités sont partagées avec Milo, les Pascaux, et la Ritournelle. Pêche pour les hommes, fructueuse, baignade pour les filles, planche pour les sportifs. Petites soirées arrosées ou tranquilles. Visite des mouillages (5 depuis notre arrivée !) qui sont espacés d'une petite heure de navigation maximum, calée en fin de matinée pour avoir la meilleure visibilité à l'arrivée. Nets progrès sur la cuisine à bord, avec ceviche, brandade, poisson grillé au four, mayo digne de ce nom, gâteaux, crèmes au chocolat, et les 8 premiers yaourts faits maison (avec l'aide de Pascale) ! On se régale !



27/01/09 - Semaine plus solitaire : les copains sont partis des San Blas, direction Panama, et on ne les reverra normalement pas avant Tahiti, dans un an … Petits moments très sympas ou grands moments d’amitiés, simples échanges en bonne compagnie ou purs moments de bonheur …Nous devenons les artisans de ces rencontres qui laissent des traces dans nos cœurs et nos mémoires de tourdumondistes, et des chapitres entiers dans le livre de bord ! Est-ce que tout ce qui est bon a forcément une fin ??? Un jour, un soir, à l’heure de l’apéro ou avant le réveil du mouillage, l’un des bateaux reprend sa route. C’est parfois difficile. Mais après avoir fait le « coup du départ » à nos proches, il est peut-être juste que nous en mesurions aussi les conséquences quand nous y sommes à notre tour confrontés …

28/01/09 - Direction cette fois l’administration ! Basée à Porvenir (1/2 heure de nav’), 3 bureaux sous un drapeau des San Blas (immigration, autorités maritimes, et « congreso de san blas »), les pieds dans le sable, les toits en palme troués, fauteuils défoncés, les dollars imposés ici ont une autre utilité que celle d’enrichir les travaux publics locaux. On a de la chance, ils sont ouverts, tous présents, et comme on est ni un week-end, ni un jour férié, et qu’on est en règle (sortie officielle et conforme de Bonaire) ils se contentent des taxes normales (les autres ont tous payé des amendes, et les montants sont selon l’humeur des officiels).  Seule l’autorité maritime essaie de nous tirer les vers du nez, trouvant (à juste titre) que 21 jours sans toucher terre pour faire Bonaire – San Blas, c’est un peu long ... Mais faute de pouvoir visiter les mouillages pour surprendre les voiliers qui ne se précipitent pas pour payer et se mettre en règle, il devra se contenter de notre espagnol extrêmement approximatif pour l’occasion (tout le monde sait qu’on est devenu bilingue quand il s’agit de dire « no molas » et « cuento dollares para una langosta ? ») et d’une histoire préparée par Bruno, parlant de « vamos a Cuba, mucho viento, mucho malado, retorno en San Blas, mucho tiempo » !!! CQFD !

01/02/09 - Dimanche pluvieux aux San Blas … Alors on adapte le programme : lecture au coin du feu, bœuf bourguignon au déjeuner et soirée télé avec au programme un vieux classique : « le grand bleu » ! … Non non, c’est presque vrai … mais on a quand même réussi à intercaler 1 heure de planche, 2 ploufs, 3 crabes au déjeuner.


03/02/09 – Nouvelles retrouvailles, avec l’arrivée au mouillage de Lévitha et Riga II, rencontres de Bonaire, rejoints dans l’après-midi par Mowgli, rencontre de Tobago. Quant à ces trois-là, ils se sont connus il y a un an et demi, sur le rallye des Iles du Soleil … Les tourdumondistes ont rendez-vous aux San Blas …



10/02/09 – Visite à Nargana, la grande ville du coin, pour le ravitaillement … En fait il s’agit d’une petite île recouverte de cahutes en cocotiers et palme, quelques bâtiments en dur, l’école, la salle de réunion, l’épicerie. C’est là que nous nous rendons, une petite pièce mi béton / mi cocotier, quelques étagères en bois fixées aux murs, une kuna qui fait sécher ses liasses de dollars devant un ventilateur, des fourmis qui grimpent partout, et dans un cagibi derrière, des fruits et légumes ! Nous trouvons donc pour notre plus grand plaisir : des papas, des pinas, des tomates, des huevos, des zanahoria … bref, de quoi re-remplir notre frigo de fraîcheur bienvenue pour accompagner la pêche.



14/02/09 - Est-ce un signe, le hasard, une coïncidence ??? 1 an après nous avoir aperçus dans le port de Marseille (pendant notre préparation au grand départ), Nathalie et Jérôme de Na Maka (naviguant sur un Switch 51, bateau qu'on avait failli acheter) se trouvent au même mouillage, nous faisons connaissance, et ils viennent dîner ce soir. Bref, tout ça pour dire que la mer est ronde, les rencontres nombreuses et coïncidistiques, le soleil à peu près revenu, le pêcheur en grande forme (2 barracudas hier et 10 pages de bonheur). Et à l’heure de la réflexion pacifique, la skipette est en grande émulsion : Panama, Gambier, Marquises, quand, où, quelle météo, mais où j'ai mis mon maillot ??? On pense aux terriens dans ce joli lagon qui abrite notre vie en bleu.



22/02/09 - Par 30°C à l'intérieur et à l'extérieur du bateau, toujours posés aux San Blas, nous nous décalons de quelques milles tous les 2-3 jours, histoire de changer de paysage. Nos copains de Mowgli sont revenus puis repartis, mais Bruno en a quand même profité pour leur cueillir un énorme barracuda plus quelques pagres, carangues et autres crabes en tous genres, et moi pour taper quelques jibes motivés avec Philippe et Thierry d'Alofi, avec un peu de vent retrouvé !

03/03/09 – Aujourd’hui, "le voyage de Thétys" fête sa première année ! Remember ... 3 mars 2008, nous quittions le vieux port de Marseille sous l'œil bienveillant de Jean-Pierre et de notre Dame de la Garde, par un joli mistral bien établi ... Et pour fêter cela dignement, nous avons eu le plaisir de partager avec Georg et Eva de Kopernik retrouvés depuis quelques jours (et rencontrés il y a plus de 6 mois à Trinidad à l'arrivée de notre transat', un symbole !) des filets de mérou flambés au pastis par notre cuisinier et 1 gâteau marbré !

Mathématiquement parlant : 6300 milles, 28 nuits en mer, 2 sorties de l'eau, un record à 19,2nds, 9 pays visités. Amicalement parlant : 18 bonnes rencontres avec de hardis navigateurs, dont 2-3 très belles amitiés. Estomacalement parlant : 327,4 kg de poissons pêchés, 167 langoustes et crabes attrapés, 365 litres de coca ingurgités, une dizaine de recettes assimilées.

Finalement parlant ... sans en faire tout un plat, on voulait juste vous faire partager ce sentiment particulier que nous avons ressenti, peut-être parce qu'après en avoir tant parlé, on l'a fait, vécu, et on est aux portes du Pacifique, avec l'envie de continuer un an de plus, pour voir ...


05/03/09 - Le pêcheur (un peu trop gourmand puisque le repas du jour était déjà assuré) a voulu suivre un énôôôôôrme banc d'énôôôôôrmes pagres et n'a pas bien pris le temps de décompresser ses oreilles (l'excitation sans doute, c'était visiblement "l'aquarium du siècle" !). Résultat, un pppsssssshittttt (véridique, d'après les informations données par l'intéressé) dans l'oreille gauche plus tard, et un petit coup de flip sur l'instant le temps de rejoindre l'annexe heureusement assez proche, il est revenu avec un joli pagre et un tympan percé de sa séance. Un coup de fil aux Urgences des navigateurs et à l'ORL cavaillonais ont confirmé le diagnostic, validé notre trousse à pharmacie qui renfermait le produit miracle (gouttes antibiotiques), et annoncé le verdict : s'il n'y a pas d'infection, pas d'urgence à aller à Panama voir un docteur, mais dans tous les cas, interdiction de remettre la tête sous l'eau avant 4 à 6 semaines ... A priori pas d'infection en vue, l'infirmière semble avoir trouvé la bonne méthode pour soigner son pêcheur (soirée crêpes, le laisser gagner aux échecs ...), on mange du poulet décongelé, et on attend le bon créneau météo pour se diriger tranquillement vers Panama, courant de semaine à venir ou début de la suivante.

Donc tout va bien, Bruno est en forme malgré son oreille percée, et on progresse en recettes de poulet et partie d'échecs !



07/03/09 - Après 1 bon mois et 1/2 aux San Blas, nous avons déniché LE mouillage idéal ! Et oui, les critères étaient nombreux (et parfois divergents), mais on a fini par le trouver.

Donc 1er critère, il fallait que ce soit beau. Et là, le long d'une petite île couverte de cocotiers, avec 2 autres îles derrière pour les premiers plans des couchers de soleil, et les pélicans qui campent dans la piscine abritée ... paradisiaque !

2ème critère : être tous seuls. Impeccable vu que le mouillage principal marqué sur la carte où s'entassent en permanence 5-6 bateaux est à 500m sur la droite.

3ème critère : le mouillage doit être abrité, et comme il se trouve juste à la sortie d'une petite passe qui coupe la houle tout en laissant un peu de vent pour l'aération naturelle du bateau. Perfect !

4ème : Ensuite, comme il faut bien se nourrir, l'aquarium doit être assez proche. Encore une fois bingo, avec des pêches à gogo : quelques jolis pagres, thazards, une sole (!), des carangues, et surtout le plus gros mérou de tous les temps, aux alentours de 10kg (photo à suivre dans quelques jours) ... un régal !!! Et puis tortues, raies et requins sont là pour parfaire le spectacle ...

Dernier critère (assez personnel, je le reconnais) : le spot de planche. Le meilleur des San Blas, mer plate du fait de la barrière de corail, quelques kilomètres devant l'aileron sans patates pour s'accrocher, du vent ... Trop bon !

06/03/09 - Un passager clandestin qui s'est avéré être une, mais pas très propre puisqu'elle nous laissait des petites crottes partout ... Coté coque invité quand même, mais bon ... Du coup, après une petite chasse technique et beaucoup de chance, on a réussi à la virer par-dessus bord ... Ouf !


07/03/09 – Kopernik nous a convié à son fameux « souper suisse » du samedi soir ! Nous nous sommes remplis l'estomac de fromage, pomme de terre et "tresse suisse", sorte de brioche assez compacte et délicieuse, et assez facile à faire d'après Eva. La preuve en image le lendemain, puisque venant pour un dernier apéro avant le départ vers le canal, ils sont arrivés avec la pâte déjà préparée, avec laquelle nous avons eu un cours de tressage, puis mise au four et dégustation à suivre, avec notre dernier camembert !!!


10/03/09 – Après très exactement 54 jours, nous n'atteindrons finalement pas le cap fatidique des 2 mois aux San Blas, signifiant probablement la fin des rouleaux de PQ, puisqu'on a réussi à taxer du liquide vaisselle à nos amis de Kopernik. Et puis le score aux échecs est sans appel (4 à 7), irrécupérable en quelques jours supplémentaires. Et il est aussi temps d'éloigner "oreille percée" d'éventuels regrets de ne plus mettre la tête sous l'eau, donc on file. Direction Panamarina (!), une petite marina tenue par des français, à une journée de mer, où nous devrions retrouver en douceur la civilisation : Internet, lessives et steak-frites. Avant le grand saut vers Colon (une grosse demi-journée supplémentaire), où nous irons en fin de semaine ou début de prochaine, voir les portes du canal et nous préparer à y pénétrer !

11/03/09 - Après une petite nav' bien rapide à plus de 8 nœuds de moyenne (Thétys devait avoir faim de Mc Do), et malgré le ralentissement dû à la récupération d'un joli thon et d'un gros (pour un maquereau) maquereau nous voici amarrés dans une jolie baie panaméenne, finalement assez loin de toute civilisation (et de tout Mc Do, n'en déplaise à Thétys et oreille percée), mais à coté de nos amis (Lévitha, Riga et Kopernik). Choucroute, footings, lessives, mails. En plein cœur de la forêt tropicale (quand même) de bord de mer … Dépaysant !