THETYS - news090419
le VOYAGE DE THETYS
betn photos recettes presse news localisation blogscopains bato index
LA NEWS DU 19 AVRIL 2009
COntact : thetysmail@gmail.com

Panama, approche et passage


13/03/2009

Panamarina (30 milles de Colon, l’entrée du canal). Après 6h de nav’ bien ventée et bien rapide pour faire Porvenir(San Blas)-Panamarina, nous voici posés depuis 2 jours. Oreille percée n’étant pas manchot, il nous a quand même attrapés un thon et un maquereau, le tout sans ralentir Thétys, bien calé à 8-9 nœuds. Bueno !

Et ici, retrouvailles avec la terre, la choucroute (hier midi pour l’homme), le petit footing (bah oui, tant qu’à remettre des chaussures …), les mails …, les grosses lessives, bref, la vie quoi !



17/03/2009

A 13h49, nous avons passé les 2 totems de 20m de haut qui marquent l'entrée officielle du canal, et aussi de la grande baie où sont stockés tous les bateaux en attente de la traversée.

Petite impression quand même, d'être arrivés au fond de la baie "Caraïbes", au "bout" de l'Atlantique, et aux portes de nouvelles aventures !

1,5 milles plus à l'ouest et à l'intérieur de la baie se trouve Shelter Bay Marina qui nous a fait une place, et nous sommes amarrés dans un endroit bien propre et sympathique avec pleins de bateaux en transit, ambiance ...

On en a profité pour retrouver Riga II partis une 1/2h avant nous de Panamarina ce matin, mais aussi Byzance croisés aux San Blas, un Catana qu'on avait vu au Canet en Roussillon il y a quelques temps ... Kopernik et Levitha devraient arriver en fin de semaine ... bref, on ne devrait pas manquer de compagnie si on a du temps entre l'organisation des formalités administratives pour passer le canal, la préparation des travaux de l'autre coté (carénage), le remplissage des soutes ...

Journée chanceuse, puisque la marina nous a trouvé une place après avoir annoncé « complet ». Puis l’agent conseillé par nos copains Pascaux, Tito, débarque au bateau et nous met en route tout l’administratif. Puis les propriétaires d’un gros Sunreef 62, Blaze II, nous proposent d’embarquer avec eux pour traverser le canal, et nous permettre de faire un test grandeur nature dans 2 jours, sur un catamaran !

Dès le lendemain on s’attaque à la vie en marina : 2000$ de courses pour les 3 prochains mois, visite des shipchandlers, petites réparations, récupération de tous les mails, envoi des photos … La routine version express !


Blaze II

20/03/2009

Nous embarquons à bord de Blaze II, « pour voir ». Notre rôle à bord est celui de line-handlers, et nous avons grâce à nos hôtes américains qui sont adorables notre première occasion de découvrir le canal « en vrai ». Tout se passe admirablement bien, en deux demi-journées et une nuit sur le lac Gatun, dans le calme et le plaisir partagé d’un moment particulier.

Ensuite une semaine s’écoule pour remettre en état la sous-marine de Thétys, qui sera dorénavant noire, le bichonner des hélices à la tête de mât, et accueillir les parents !



10/04/2009

15h, nous quittons Shelter Bay Marina avec à bord mes parents venus spécialement pour ce mythique passage, et quatre line-handlers professionnels, histoire de ne pas avoir à réfléchir si c’est compliqué pour une raison ou une autre. Thétys a revêtu de grandes bâches bleues couleur sac poubelle, et 40 pneus en double garnissent toute la longueur des coques. On n’est jamais trop prudent.


17h, nous embarquons l’adviser après avoir mouillé une heure dans la zone des « Flats ». Ça commence par palabrer. Les deux bateaux qui patrouillent aux alentours pour passer les écluses avec nous sont deux yachts à moteur, et les adviser discutent un moment pour savoir comment organiser le convoi. Par rapport à la puissance de moteurs, ils décident de placer Thétys à droite, le plus petit des moteurs au centre, et le plus gros (qui a un problème de moteur, hydraulique … ?) à gauche. On se dirige vers l’entrée des écluses, et la manœuvre pour que les deux bateaux à moteur « s’accouplent » est étrangement longue. L’inquiétude monte un peu, en comparant avec la façon dont tout cela doit se passer normalement et si facilement, d’après notre expérience … Nous collons Thétys à droite, rapidement, et le bateau au centre nous guide vers l’entrée de l’écluse. Ça part un peu dans tous les sens, et nous sommes obligés de jouer des manettes pour l’aider à se recaler dans l’axe. Chaud, la marge de chaque coté dans l’écluse n’est pas énorme, et le moteur du milieu a du mal à nous stabiliser.



19h, il fait nuit, les projecteurs diffusent une lumière orange qui ne laisse pas l’ombre s’installer, mais le doute sur notre capacité à garder le convoi bien au milieu est réel et justifié. Nous sommes calés dans l’écluse, les lignes sont tendues, les flashs crépitent et l’attention redouble. Les premiers tourbillons qui accompagnent la montée des eaux font valser le trio, et nous sommes obligés de jouer régulièrement du moteur en marche arrière pour recaler la troupe le plus loin possible des murs en béton qui menacent les deux bateaux extérieurs.


21h, les trois écluses se sont passées de la même manière, nécessitant toute l’attention des skippers tendus pour garder la ligne et les murs à distance respectable. On peut enfin souffler et apprécier l’instant qui vient de se dérouler. Moment incroyable. C’est surprenant de voir l’eau monter quasiment au ras de la porte qui s’est fermée derrière nous, nous permettant de contempler la baie de 10, puis 20, puis 30m de haut. Ascenseur pour bateau …


22h, arrivés vers 21h dans le lac Gatun, nous mouillons à l’endroit autorisé, débarquons le pilote, et dînons rapidement avant de sombrer pour une courte nuit réparatrice après toutes ces émotions.


11/04/2009

7h. Nous sommes à peine levés que le nouvel adviser débarque, 100% pro et rassurant celui-là, le doute ne semble pas permis, et il nous affirme que nous passerons cette fois l’écluse seuls. Soulagement, qui nous permet de profiter de la navigation sur le lac Gatun, puis à travers le Gaillard Cut, la partie canal proprement dite, pour arriver à la première des écluses de descente : Pedro Miguel, à 25 milles du mouillage. Le timing est assez serré, et c’est à une moyenne de 8 nœuds que nous filons au moteur, admirant au passage ce paysage un peu surnaturel où Thétys flotte dans des eaux boueuses à 30m d’altitude !


11h30, nous sommes à l’entrée de Pedro Miguel, et embarquons à 3 bateaux dans les écluses, mais les uns derrières les autres. Cette fois la distance avec les murs de béton est rassurante, et les manœuvres se passent sans aucun stress. Un mille de plus, nous passons les deux dernières écluses de Miraflores, nous sommes dans le Pacifique ! Coucou à la webcam du canal pour ceux qui nous ont peut-être suivis, champagne, photos, embrassades en famille, on n’échappe pas aux clichés, mais c’est réellement unique comme moment.


13h, on passe sous le pont des Amériques, on y est, même si on a du mal à réaliser que c’est déjà fini, et que nos routes seront désormais à tracer dans le Pacifique, un passage hautement symbolique pour clôturer cette première année de tour du monde !