THETYS - news090511
le VOYAGE DE THETYS
betn photos recettes presse news localisation blogscopains bato index
LA NEWS DU 11 MAI 2009
COntact : thetysmail@gmail.com

Galápagos mythiques


Samedi 25 avril, nous touchons terre. Nous avons choisi l’île de San Cristobal, l’une des trois îles habitées et autorisées aux voiliers de passage. Nous jetons l’ancre à Wreck Bay (la baie de l’épave), qui abrite le petit port de Baquerizo Moreno.

Premier contact avec les locaux ... deux otaries se hissent sur nos jupes.  Après un rapide coup d’œil à l’intérieur pour voir si le bateau leur plaît, elles se hissent sur les marches pour accéder au cockpit et à ses confortables coussins.



Mais ces charmantes bestioles, si joueuses et si attachantes qu’on en adopterait bien une ou deux, présentent une odeur à laquelle nous ne sommes pas familiarisés. Quant aux mâles (« macho » en espagnol !), ils doivent peser leurs 200kg, et sont un peu plus agressifs. Ouste !  Et il faut barricader l’accès avec des pare-battages, des bouts, des chaises, ce que nous faisons après avoir jeté un coup d’œil à nos voisins de mouillage. Il n’empêche, elles essaieront de se glisser à bord tous les jours, et elles nous accompagneront en nageant lors du grattage de la coque, en sautant lors des trajets en water-taxi ou en s’endormant sur le quai du petit port, éternuant et toussant comme des humains … Un bonheur « couleur locale » !

Les autorités sont plus fermes que leurs congénères marins, et les règles sont vite fixées : nous avons droit à 20 jours maximum aux Galápagos, et Thétys ne doit pas bouger de cette baie durant notre séjour.  Le petit port est charmant et peu fréquenté par les touristes, pour aller à terre on appelle les water-taxi à la VHF (les otaries adorent les boudins des annexes et Bruno est susceptible sur la propreté de ceux-ci), le café au coin du quai accède à Internet, les bistrots sont typiques, les fruits et légumes locaux s’étalent dans les mini-boutiques, les autochtones sont sympathiques. Même s’il n’y a pas de Mac Do, la vie ici est paisible et accueillante à souhait.



Après avoir retrouvé le contact avec la terre (resto et internet essentiellement), on organise nos « excursions » pour les prochains jours. Puisqu’il s’agit d’une escale touristique, on va en profiter pour faire les touristes ! Nos copains de Kopernik, Byzance et Sugar Daddy sont mouillés autour de nous, et certaines visites seront partagées avec eux.


Laissant Thétys à San Cristobal, nous nous octroyons même une petite semaine pour visiter les îles de Santa Cruz et Isabela, très différentes les unes des autres, mais où l’on retrouve en constantes une majorité de surfaces inhabitées et inaccessibles car il n’y pas pas de route, la gentillesse des gens, et l’omni-présence des animaux à chaque détour de sentier ou de rocher. Cette multitude de bestioles de toutes les couleurs et de toutes les tailles n’est absolument pas farouche. Elles sont chez eux, et l’homme est un visiteur comme les autres, même lorsqu’il approche son objectif jusqu’à quelques centimètres de leur nez, leur truffe ou leur bec ... Très photogéniques et en parfaites hôtesses, elles jouent le jeu de la séduction sans même demander un dollar … C’est sans doute ce qui fait le charme indéniable des Galápagos

En deux semaines, nous essaierons de découvrir au mieux ces îles magiques : en baskets, en palmes, en VTT, à cheval, en taxi, en bateau et en avion, nous visiterons des élevages de tortues, des volcans, des plages désertes de sable blanc, des bords de mers rongés par les vagues qui déferlent sur les roches de lave, des marais salants, des tunnels de lave et des terres à cactus, pour voir de plus près des otaries, des tortues, des fous à pattes bleues, des iguanes marins et terrestres, des lézards, des crabes, des frégates, des pinsons, des pélicans, … et des pingouins !


Il est difficile de décrire ce que nous avons vu et ressenti, et exceptionnellement, je vous conseille d’aller voir les photos, qui plus qu’un long discours, vous feront peut-être mieux découvrir ce que nous avons vécu durant ces trois semaines magiques.