THETYS - news101130
le VOYAGE DE THETYS
betn photos recettes presse news localisation blogscopains bato index
LA NEWS DU 30 NOVEMBRE 2010

Tonga, archipel des Vava’u, l’apprentissage de la patience, sous la pluie


Nous arrivons le 25 octobre dans l’archipel des Tonga, après une navigation assez désagréable, sous une pluie presque ininterrompue les dernières 48h, spécial … L’administration locale défile sur le bateau et nous annonce la couleur : il pleut depuis 3 semaines, ils n’ont jamais vu ça, et nous souhaitent du soleil … Peine perdue, c’est bien sous la pluie régulière que nous allons passer un mois aux Vava’u, attendant patiemment le créneau idéal (ou au moins correct) pour descendre vers le grand sud, la Nouvelle Zélande (NZ), avec une navigation de plus de 1000 milles que tous les navigateurs préparent consciencieusement, puisqu’à cette occasion nous sortons du circuit tropical avec le risque de tomber sur des dépressions qui débarquent directement de l’Antarctique, conditions peu communes pour nous. D'autant que pour d'excellentes raisons (administratives, pratiques, de confort, … la liste est aussi longue qu'on veut !), Bruno a choisi de tester les lignes aériennes locales pour rejoindre la Nouvelle Zélande. Michel, un bon copain lui-même tourdumondiste sur son catamaran nous propose ses services, et sera mon co-équipier pour cette grande glissade sudiste.

En attendant, on profite quand même des Tonga, puisque c’est l’une des destinations de navigation préférée des néo-zélandais, marins avertis. Voici quelques extraits de notre journal de bord …


27/10 : Changement de paysage, sans transition : on passe des anneaux coralliens au village de Neiafu. Un fjord tout vert, des couleurs caraïbes, des polynésiens gentils mais plus renfermés que leurs homologues français, de petits pontons avec accès direct aux clubs de plongéeset aux bars de tourdumondistes.


La bouffe est moyenne (on rêvait d'un bon steak frites version roulottes ... il n’y a que des fish& chips version Gibraltar), et l’approvisionnement dans les minimercadosest très marquisien (strict minimum mais ça le fait, et puis il nous reste quelques boites).

On est amarré au milieu d’une cinquantaine de bouées bien occupées, avec des tourdumondistes en partance pour la NZ qui parlent plutôt anglais, plus toute une flotte de bateaux de locations en manque de touristes, mais c'est plus la saison ma bonne dame. Et puis n’oublions pas, de la pluie, pas mal, un peu trop pour faire sécher le linge, mais juste assez pour avoir du temps d’ordi (mail, préparation de la futurenav’, news, photos ...) et de bonnes siestes !


30/10 : samedi, Halloween day ici, et l'Aquarium Café, notre repaire des pirates tourdumondistes locaux avait organisé un "adventurecontest" ...

Comme ça faisait une petite semaine qu'on glandait entre berrysmoothie, bière maka, fish& chips et internet à gogo, on s'est dit ... tiens, pourquoi pas, nous sommes de grands sportifs, très bonne idée ! Il fallait 5 personnes par équipe, alors même pas peur, on a embarqué les Pascaux et on s'est dit qu'on se débrouillerait bien de faire le 5ème à nous 4 !

Donc 11h du mat' (ça s'adresse à des tourdumondistes je vous rappelle), après un briefing en anglais qui nous a permis de mieux cerner les enjeux ("don'tfight, don'thurtyou, it'sonly for pleasure, becareful" ... puis une histoire de "lemon in the basket, big pant for running back, apple to catch in water, tongan donuts to eat as fast as possible " ...), c'était parti !


1ère étape, swiming : je m'y colle, avec palmes-masques et tubas (une version améliorée en terme de performance du kilomètre nage libre) pour rallier le ponton de l'autre coté de la baie. Je n'ai pas vu de méduses (ma grosse inquiétude), mais 2 magnifiques étoiles de mer bleues fluo, et 1 mètre de "tricot rayé", serpent de mer le plus venimeux du monde, mais avec une bouche trop petite pour mordre l'homme ...

A suivre le running, mais le dernier entraînement est loin, et Pascale qui n'avait pas bien récupéré de la cuite au vin blanc de l'avant-veille, mais à qui le jean taille XXXXXXXL fourni par l’organisation (soucieuse de notre confort !) allait comme un gant, a souffert ...

Puis kayaking, explosé par le costaud de la bande (Pascal, of course) qui s'est aussi explosé en refaisant sauter 2 concurrents. La sur-épreuve qui consistait à attraper une pomme flottant dans une bassine a failli lui être fatale, mais il a finalement passé le relais à Bruno, heureux gobeur de pomme avec succès également ...

Enfin biking, malencontreusement perdu par le spécialiste du bike qui s'est perdu, sans doute trop rapide pour les organisateurs, qui ne l'ont même pas vu passer et qui du coup ne lui ont pas indiqué dans les temps les bifurcations à ne pas rater. Il a quand même fini par arriver, à nouveau 3ème, avec dans son short la punition à venir : un sachet de beignet locaux, sortes de boules de pâtes frites, même pas tartinées au Nutella ...

Restait la 5ème épreuve, où nous allions découvrir qu’un 5ème larron frais aurait été d’un grand secours ... il fallait enfiler une paire de palme, avaler (eau autorisée à volonté) 10 beignets tonganais (bien gras, comme il se doit), et courir 100m et retour avec les palmes, puis s'enfiler 5 bières (avec les 5 équipiers), taper les bouteilles vides sur la table et c'était gagné. Pascal, qui a la plus grande bouche des 4, s'y est collé, en avalant 5 (sans vomir) avant de courir tout en style et en marche avant avec ses pieds palmés ... Quant à la bière n'en parlons pas, on préférait tous faire 3 allers-retours Tonga-New Zealand en Optimist sans respirer que d'essayer. Disqualifiés, bon derniers (mais les 3èmes aussi), nous avons été très fiers d'avoir participé à cet "adventurecontest", et nous prévoyons de nous entraîner sérieusement pour celui de l'année prochaine (d'ailleurs nous cherchons déjà un 5ème apte à assurer le type d'épreuve décrit ci-dessus).

La soirée Halloween qui a suivi le soir-même a été plutôt calme, curieusement ... Il semble qu'un manque d'entraînement certain nécessite une récupération plus importante. Promis, à partir de lundi, on arrête le fish& chips !


2/11 : Il pleut. Des cordes. Depuis cette nuit. On voulait bouger de la bouée où on est scotchédepuis une semaine, mais là on rend les armes, et on est sur Internet à envoyer quelques mails en sirotant qui un berry-smoothie qui une bière Maka (locale de l'étape), en attendant les bien-aimés fish& chips du déjeuner. Et en espérant que la pluie va s'arrêter, peut-être, demain, qui sait, pour aller enfin mouiller quelques milles plus loin, et découvrir ces magnifiques fjords polynésiens.

Sinon je prépare la nav’, une nav' différente de d'hab', entre les conditions qui peuvent être difficiles et ce co-équipier tout beau tout neuf (54 ans au compteur tout de même) et excellent cuisinier, ce qui ne gâche rien en principe (même si dans ces moments-là, les valeurs sûres pâtes à l'huile d'olive ou riz au parmesan me conviennent en général parfaitement).

12/11 : Fini les JO, les sportifs ont mis quelques jours à s'en remettre ...Mais sont repartis de plein pied et de vive voix à l'assaut des mouillages vavauesques !Donc d'abord le mouillage préféré du gars qui a écrit le guide, histoire de rentrer direct dans le vif du sujet. 2m d'eau sur du sable, un motu et ses cocotiers, quelques chèvres, une très jolie plage, et des voisins (les Pascaux, évidemment ...). Tentatives de pêche et de snorkeling, moyennes, le gars du guide n'a jamais dû mettre la tête sous l'eau du coté des Tuamotus ... Pas grave, c'est beau dehors, et l'eau est chaude.


2ème mouillage à suivre, le 2ème plus bô du gars qui ... Au moins aussi beau, dans un style très différent, une sorte de baie fermée entre motus et platier ... On profite, encore, toujours sans l'ombre d'une langouste, ô rage ô désespoir pour les chasseurs qui se rabattent sur un mérou, merci

Pascal, succulent !

Et puis on revient à l'un des "classiques" des vava'u, Port Mourelle, soit une grande baie profonde, 4 bouées, une belle plage, et un chemin qui mène au village ... que se partagent au moins autant de cochons que de jeunes enfants, pieds nus dans la boue (il pleut un peu aux Vava'u, chépa si j'vous

avais dit). Sourires, hello, hi, bye, on parle le même anglais qu'eux, c'est facile !

Et puis de ce mouillage, on part en annexe visiter 2 grottes sous-marines. On accède à la première en annexe, une entrée haute d'une dizaine de mètres, une faille dans le rocher, des graffitis locaux partout. On plonge (enfin d'abord les gars, il y a des traditions à respecter), 17m de fond, un énorme

banc de tous petits poissons à traverser, et la lumière qui vient seulement de l'entrée ... Ambiance qui s'apprécie ! Deuxième grotte le lendemain, là c'est plus chaud, on a juste un point GPS qui nous indique où doit se trouver l'entrée ... sous-marine ! Les 2 gars s'y recollent (des hommes, des

vrais !!!), nous trouvent l'entrée en deux coups de torche, et reviennent aux annexes pour nous guider. Pascale angoisse un peu d'après le topo de nos hommes : "c'est facile, tu descends à 3-4m de fond, ensuite tu me tiens la main, et il y a une largeur de cata environ, ensuite tu remontes et tu fais

attention à ne pas cogner la tête … Alors je passe en prem's avec Bruno qui me guide, c'est bien un peu flippant, vu qu'il n'y a pas de lumière à l'intérieur, mais beaucoup plus court que prévu. On se retrouve tous les 4 à patauger dans un trou noir, en-dessous, au-dessus, juste la lumière de l'entrée sous-marine par laquelle on vient de passer. C'est pas très joli, mais génial coté ambiance. Quelques glouglous plus tard, on rejoint l'air libre et les annexes, c'est pas désagréable non plus.

Et puis le mauvais temps annonce son retour, pluie, ciel tout gris, on décide de rejoindre Neiafu, le port principal, avec Internet et fish& chips à volonté ... que du bonheur.


18/11 : 3 langoustes, 1 cigale, et 1 beau crabe, résultat de 3 jours de robinsonnades dans les Vava'u. Le temps de se régaler avec une mayo-pascaux, et nous voici de retour en "ville" pour se mettre à l'abri d'un coup de vent annoncé pour ce week-end, encore.

Et puis Michel (de Colorazul), mon futur fidèle équipier pour la grande descente sera bientôt disponible, alors il est temps de réfléchir à un départ. Probablement semaine prochaine, si le routeur le veut bien (ainsi qu'Eole, Zeus, enfin tous ceux qui se sentent concernés ...).


24/11 :Nonnon pas encore partis, en fait j'ai largué Bruno au taxi ce matin à 8h (yessssss), et j'ai récupéré Michel cet après-m' à 16h ... Juste le temps de faire 2 lessives, 2 courses, et de faire son lit !

Le créneau météo est pour le moment reporté, à cause d'une énorme dépression qui vient se poser pile sur notre route avant de descendre sur le nord de la NZ ... Pas de bol, alors on patiente, en vidant les réserves de bouffe qui ne seront pas acceptés en NZ : confit de canard des landes ce soir sur Thétys, avec les Pascaux, la vie est dure aux Vava'u ...






25/11 : Michel a pris en main la cuisine de Thétys, pour mon plus grand plaisir (et celui des Pascaux, jamais loin), donc tout va bien sauf ... la météo.

Une petite dépression nous balance 3 grosses journées de pluie (plus qu'avant, en fait, si c'était possible), et ensuite, une très grosse dépression en provenance des Fidji se pointe pour nous barrer la route au sud des Tonga. 45nds annoncés, houle de 8m (!) ... donc on va patienter, le temps de voir plus précisément où et quand elle passe, et surtout quand ça se calme un peu, notamment coté vagues. Donc pas de départ probablement avant le 1er décembre ... on espère être en NZ pour Noël !!!

30/11 : Ca y est, on décolle. Le routeur a donné son feu vert, la dépression arrive et se tasse comme prévu, devant nous, donc plus de souci à se faire, et probablement un temps assez calme sur toute la traversée. D'ailleurs il fait un temps magnifique, on aurait presque envie de rester ...

Et j'espère régler cette sacrée nav' en 8 jours, ce qui nous ferait arriver à Opua (à vos atlas) le 8, pour se reposer 2-3 jours avant de descendre sur Auckland. Et comme j’aime les bonnes nouvelles, ça s'annonce calme, alors vous recevrez des mails en temps réel du bleu de l'océan, du soleil qui réchauffe, de la houle qui berce, du vent qui susurre, de Thétys qui assure et de sa skipette qui se régale ...

COntact : thetysmail@gmail.com