THETYS - news110114
le VOYAGE DE THETYS
betn photos recettes presse news localisation blogscopains bato index
LA NEWS DU 14 JANVIER 2011
COntact : thetysmail@gmail.com

La Nouvelle Zélande, premières impressions ultra-positives de l’autre coté de la planète


Il faut dire que l'entrée dans la Bay Of Islands abritant la marina d'Opua et son lot de petites villes plus charmantes les unes que les autres m'a séduite d'entrée. Il faisait grand bleu, les collines verdoyaient, les plages s'allongeaient les unes après les autres, les maisons perchées sur la côte resplendissaient, et un troupeau de dauphin taille XXXL nous accueillaient avec le sourire. J'avais l'impression d'avoir bouclé la boucle (presque), en arrivant dans une grande baie bretonne par une jolie journée d'avril ...


Ayant trié les aliments importables et mis à la poubelle les œufs, les yaourts, la boite de couscous Garbitt (avec ses os) et le miel (spécialité locale qui ne souffre apparemment pas la concurrence), et ayant aussi fait un brin de ménage pour que Thétys fasse la meilleure figure possible, nous nous sommes présentés blancs comme neige aux autorités locales, représentées par deux femmes souriantes et compréhensives sur notre navigation longue et difficile. Nous n'avons donc pas eu la visite des chiens (qui cherchent la drogue ou les œufs pourris, on ne sait pas bien), et elles n'ont même pas eu l'idée de descendre dans les cabines, ouvrir les placards, ou inspecter la coque comme je le craignais un peu. Et pourtant, faisant confiance à ma longue expérience de voyageuse aérienne, j'avais bien pris soin de cocher "NO" à toutes les cases à remplir sur les papiers officiels, sans souci de l'objet de la question. La dame a ainsi pu me faire remarquer qu'on avait des souvenirs en bois ... du fromage dans le frigo ... et des coquillages en décoration (entre autres). Pas de souci, on a barré NO, coché YES, un sourire d'excuse, la fatigue du voyage, et c'était réglé, on pouvait quitter le quai de quarantaine. Bruno, juste de retour de Polynésie pour ses nouveaux projets, m’attendait à quai pour des retrouvailles méritées.

Welcome in New Zealand !!!


A Opua, papotages de ponton et soirées de retrouvailles avec les copains tourdumondistes ont vite rempli notre emploi du temps, nous laissant juste le temps de nettoyer le bateau, le rincer, faire quelques lessives et s'approvisionner localement.


D'ailleurs c'est aussi une des bonnes surprises ... nous retrouvant en pays civilisé, le supermarché est à la hauteur de la réputation de cultivateurs-éleveurs-pêcheurs des kiwis, avec un rayon fruits et légumes, et des rayons viandes et poissons qui font baver (si si), ainsi que le miel local, le pain, les yaourts ... Le remplissage du frigo a été exemplaire !!!


Et puis à tous ces bons produits s'ajoute la collecte quotidienne de nos voisins de ponton, dont l'activité principale (en dehors du papotage, du covoiturage, de l'apérotage et du bricolage de bateau) est la récolte de fruits de mer sur les plages et rochers découverts à marée basse du littoral de la baie des îles : huîtres, moules (format XXL, comme les dauphins), coques, ... pour ceux qui aiment et ont confiance, c'est gargantuesque !

A peine installés, on est parti à terre. Le temps d'enfiler un jean et un sweat-shirt, mais en gardant une paire de tongs et la crème solaire (il y a un trou de la couche d’ozone juste au-dessus, be careful !), et me voilà assise à gauche dans la voiture louée par Bruno. Et oui, ils roulent à gauche. Toujours aussi surprenant, dérangeant, voire flippant. Heureusement c'est une boite automatique, ce qui supprime certains mauvais réflexes, mais il reste la surveillance dans les ronds-points, les priorités, et les essuie-glaces inversés avec le clignotant ...

Direction Paihia, le bled le plus proche. Et là c'est à nouveau la civilisation dans tout ce qu'elle peut apporter de positif : des petits restos sympas, un front de mer joli tout plein bordant de grandes plages très bretonnes, des touristes blancs en vadrouille (il s'agit d'une station balnéaire), des "clams chowder", des "fish & chips" aussi croustillants que ceux des Tonga étaient gras, et surtout, partout, des gens souriants, agréables, abordables, et répétant autant de fois que nécessaire leurs questions en anglais kiwis, avec un accent assez spécial (et pas encore clairement identifié). On se paie même un petit tour de baie en voiture, histoire de découvrir nos premiers kilomètres de paysage locaux, et d'agrandir un peu le champ d'investigations sur ces contrées nouvelles et sacrément séduisantes.


Seul le climat nous laisse quelque peu dubitatifs, car malgré le soleil d’été qui nous a permis de ressortir les tee-shirts certains après-midis (si si, quand même), et de pique-niquer avec toute la french tribu jusqu'à 22h dans les prés de la marina sans se cailler, nous avons aussi découvert que l'été néozed pouvait se révéler frisquet, et cela malgré les horaires d'été : jour de 5h à 21h30, on en manquait !!! Donc la pluie fait aussi partie du paysage, et couettes, chauffage dans le bateau et douches brûlantes ne nous semblent pas un luxe optionnel, pour relayer les bottes et le ciré si d'aventure il nous prenait l'envie d'aérer nos bouts de nez rosis par le froid ...

Quelques infos complémentaires, mais possiblement indispensables à une bonne compréhension de ce que nous découvrons : ici ils sont au système métrique, paient en dollars néozed, roulent à gauche, parlent anglais, sont adorables, respectent les limitations de vitesse, boivent de la bière, mangent du mouton, les peignent parfois en rose, règlent le péage de l'autoroute sur internet et les amendes au bureau de poste, sauvegardent les kiwis (oiseaux) mais massacrent les opossums (prédateur surnuméraire du kiwi) ... et on les aime déjà (même sous la pluie).


2 semaines d’acclimatation tranquille et incroyablement séduisantes, et nous partons en direction d’Auckland, LA ville de Nouvelle Zélande (même si ce n’est pas la capitale). Thétys vient s’y amarrer en plein centre, à Viaduct Harbour, où le magnifique trimaran Vodafone lui fait une (toute) petite place. Nous y sommes !!!


Le dépaysement est total : après des mois de lagons, d’atolls déserts, de baignades quotidiennes où seuls les oiseaux et le clapotis de l’eau sur la coque venaient bercer nos siestes, on change radicalement de décor, d’ambiance, et de style de vie. D’ailleurs le père Noël nous offre des VTT, preuve qu’il suit ...

Nous arpentons le centre-ville dans tous les sens, perchés sur nos deux magnifiques (et bientôt fidèles) destriers, le helmet bien attaché puisqu'obligatoire, une petite laine sur le dos pour combattre la fraîcheur. Dès qu’on sort de la ville, on voit la mer, des gens qui courent, des plages de ville à l'allure bretonne (les gens habillés sur la plage, quelques-uns qui pataugent, plutôt des jeux de ballon que des jeux d'eau, va savoir pourquoi, on n'est pas allé vérifié, on en avait une vague idée ...), plus quelques côtes pour nous rappeler que les dernières heures d'entraînement sont loin, bien loin ..., et des panneaux "share with care" qui ponctuent régulièrement les trottoirs pietocyclables ou cyclopietinables empruntés. Il semble qu'on s'habitue bien à rouler à gauche (surtout sur les trottoirs), sauf aux croisements un peu chauds, avec les voies de bus, les sens interdits, et le feux de l'autre coté de la route ... Puis de plus en plus aventuriers, nous découvrons Devonport de l’autre coté de la baie, Whangaparaoa qui abrite le Shakespeare Regional Park et même Piha, capitale du surf postée du coté de la mer de Tasmanie, rien n’échappe à nos nouvelles roues et à nos nouveaux muscles !



Et puis la ville c’est aussi l’avantage de retrouver de bons restos avec les soirées de Noël et du réveillon qui présentent des alibis incontournables. On se laisse même aller à jouer les touristes, en montant à la Sky Tower qui surplombe la ville. Vue imprenable garantie quand il fait beau !

Mais nos agendas nous rappellent que nous vivons sur un bateau, qui tient absolument à profiter de la Nouvelle Zélande, pays de la voile, pour se refaire une beauté. Nous migrons à nouveau, cette fois c’est Gulf Harbour Marina qui nous accueille, à 2h de moteur au nord d’Auckland. On se retrouve au calme absolu, dans une magnifique marina, avec petits immeubles chics et jolies maisons au bord d'un golf, d'ailleurs les environs de la marina ressemblent à un golf : gazon vert, bien tondu, habitations type club house, gens gentils (comme d'hab', même si on ne s'habitue pas). Au moins 500 bateaux, on est à l'autre bout des bureaux, au moins 10mn de vélo pour aller faire une lessive, mais il fait beau et pédaler c'est le pied. Bon le premier Mc Do est à 8km, mais on ne peut pas tout avoir ...

Et le 13 janvier nous sortons Thétys de l’eau, au millimètre près !

Gestion des travaux, vacances, roulotte, la suite arrive bientôt !!!