THETYS - news110221
le VOYAGE DE THETYS
betn photos recettes presse news localisation blogscopains bato index
LA NEWS DU 21 FEVRIER 2011
COntact : thetysmail@gmail.com

La Nouvelle Zélande en roulotte, épisode 3/3

09/02


Direction le nord, encore et encore ...

Après les Catlins et quelques chutes d’eau régulièrement plantées le long de la route pour favoriser les pauses conducteur (ils sont vraiment trop forts ces néozed, quelle organisation), nous retrouvons la ville : Dunedin, l'occasion de jouer un peu les touristes avec l'appareil photo en bandoulière ... 1 musée, 2 églises, 1 gare, un sushi vite emporté, et le tour est joué. Car Dunedin a un autre atout ... la péninsule d'Otago, capitale (?) de la "wildlife" dont la pointe est située à quelques kilomètres du centre ville. On s'y offre un p'tit camping du bout du monde, et une réservation pour une visite guidée qui comprend un "nature guide" plus un bus qui nous emmène dans les coins privés au bout des pistes non fléchées. C'est le ticket obligatoire, sinon c'est pas la bonne heure, les bestioles ne sont pas là mais plus loin, bref on rate tout. Alors que là ...






16h15, on est embarqué avec 3 autres couples par nos 2 guides. In english of course, un peu difficile de saisir tous les noms d'oiseaux mais on comprend l'essentiel. Et ça commence par les Albatros royaux. 3m d'envergure, une forme d'aile delta, ils ne volent pas (non non), ils planent (si si). On a du bol, c'est la tempête (polaire d'ailleurs), donc ça plane dans tous les sens au-dessus du bunker qui nous sert d'observatoire, à l'abri du vent et du froid derrière la vitre. Tourdumondiste par excellence, l'albatros peut faire 20 000 km sans se poser. Des questions ? Puis on regrimpe dans le bus, direction les plages. Ou on apprend à faire la différence physique, comportementale, et photographique entre les fur seals (phoques) et les sea lions (otaries). Chez les phoques, les petits jouent dans les piscines naturelles, les mères surveillent, les pères rentrent de la pêche, les mouettes surveillent aussi ... Chez les otaries, c'est plutôt option glandouille à la plage, sans parasol et sans bon bouquin, attendant la tombée de la nuit pour aller se baigner et pêcher. Géant !!! Et puis on se retourne (toujours bien guidés), pour découvrir à quelques dizaines de mètres les premiers pingouins qui sortent de l'eau : au début on dirait un canard qui se baigne dans les rouleaux, puis l'instant d'après on voit un petit être (1m max) qui se redresse, jette un œil inquiet autour de lui pour repérer les éventuelles otaries un peu trop grosses à son goût, et se lance dans une traversée aventureuse de la plage pour rejoindre son mi-couple et leur bébé restés à l'abri dans la colline, qui attendent le dîner. Retrouvailles, régurgitage, et le mi-couple resté peinard pendant 2-3 jours prend le relais. C'est comme ça la vie de pingouin néozed, ça vous tente ? Evidemment on est resté baba, les explications du guide étaient prenantes, on a mitraillé tout ça, luttant contre le froid et la lumière qui baissait. Grand moment !!!

12/02 

Encore nord, toujours nord, et re-ville : Christchurch, la 2ème en taille après Auckland, un parking à roulotte bien éloigné des plages à pingouins mais en plein centre. On croise une rue en quasi démolition, traces du tremblement de terre qui a eu lieu début septembre. On est loin de se douter que dans une semaine ils vont subir le plus gros depuis bien longtemps, et que les dégâts vont être d’une autre ampleur … Mais pour nous c'est samedi soir, on s'habille (c'est à dire qu'on remplace baskets et polaires par des converses et une chemise !), il faut dire qu'il fait chaud, au moins 20° de plus que la veille, et on s'en va vadrouiller. Juste à coté il y a un quartier qui bouge, on se retrouve parmi une centaine d'excités, bières bien en mains, qui sautent au rythme du concert de rock d'un groupe sans doute local (le chanteur a un petit air maori) qui met une ambiance d'enfer. C'est la fête et on se laisse embarquer. Vive les contrastes !

Après ce samedi soir bien sympathique, on a besoin de s'aérer un peu ... direction la péninsule de Banks où ça marche/court/pédale dans tous les sens, et où on trouve une jolie balade dans la forêt de pins de 2h30 ...

 


13/02

Encore un p'tit coup de nord, des kilomètres de joli côte pour se retrouver à Kaikoura, capitale (??) de la langouste dégustée entre autre dans des roulottes en bord de plage et de route, yummmmmm (c'est comme ça qu'on dit ici), trop bon ! On profite quand même d’un petit tour en VTT jusqu’au phare de la pointe, qui disparaît sous les nuages bas et le crachin, poussé par un vent tempétueux.


14/02

Pour la St Valentin, on a choisi un campement en pleine cambrousse, posé le long de la plage, où les mouettes jouent à sauter les vagues comme des gamines qui ne craignent pas l'eau froide, c'est isolé, et c'est beau comme un paysage néozed.

On profite de l’occasion pour goûter un blanc très local supposément sweet ... Black Ridge de Central Otago (c'est la région). Au moment de l’achat, j'ai hésité avec un Riesling et un Gewurztraminer, mais ils étaient plus chers, et le principe de vente des néozeds dans les magasins, c'est de conseiller le moins cher, donc ... Vu notre grand niveau, on s'en est bien sorti après un verre chacun !



15/02

On arrive dans la matinée à Picton, escale spéciale puisqu'elle marque le bouclage de la boucle, soit notre retour au point de départ du ferry pour l'île du nord, presque 4 semaines aventurières plus tard (déjà !). Mais là il fait beau (contrairement à l'aller), donc on en profite, roulotte garée, on enfile les chaussures direction la pointe de Snout, en longeant "up & down" le fjord de Queen Charlotte. 3h, comme sur la pancarte, et on n'a pas chômé ... Une légère accélération supplémentaire et on courrait ... Mais Bruno ne savait pas ce que je lui avais réservé pour le lendemain !

Lendemain moins beau, toujours à Picton, avec ce fjord gigantesque qui nous fait de l'œil. Repéré dans notre guide des randonnées locales, c'est direction Stockes Peak. Sauf qu'il n'est pas à coté. On a le choix entre 2 approches : 2h45 de roulotte entre route et piste, ou ... (notre choix évidemment), lever 6h30, water taxi à 8h, avec les VTT (de plus en plus amarinés), qui nous pose à Punga Cove, au fin fond d'un des méandres du fjord. Là on attrape un chemin qui monte raide, on pousse les vélos pendant 20mn pour atteindre la piste. Puis 3/4h de montée régulière, et nous voilà enfin au parking où débute la randonnée prévue, 5h aller-retour, alors qu'on est déjà soufflant et suant. Heureusement on avale ça en 3h AR (faut pas déc', pour 700m de dénivelé ça suffit bien, malgré le mini-chemin parfois très humide dans la forêt, vent bien froid, un peu scabreux). Retour en VTT par le même chemin qui du coup descend, même plus besoin de pédaler, puis bateau. Seul hic, la vue imprenable sur le fjord complètement bouchée par les nuages stockés pile poil à 1000m au-dessus de l'eau, mais la forêt débouche à 1200, c'est ballot non ? Enfin comme on voulait faire du sport et ne pas passer 1h à trier les photos ce soir, c'est parfait !!!

Lire la suite de la news...